dimanche 1 octobre 2017

Mon bel oranger de José Mauro De Vasconcelos

Une fois n'est pas coutume, et pourquoi ne pas changer les coutumes, d'ailleurs!!! 
Si ce beau roman n'est pas en rapport avec les nourritures terrestres, il l'est bien avec les nourritures intellectuelles et du coeur...

Zézé est un petit garçon de cinq ans, presque six, issu d'une famille très pauvre dans le Brésil du début du XXème siècle.
Remuant et plein de vie, Zézé a la tête pleine de rêves et de questionnements bien complexes pour un si petit garçon.
Le diable lui souffle tant de farces et bêtises que tous pensent qu’il faut le battre pour faire entrer en lui un peu de raison.
Tous, à l'exception de sa sœur aînée Glória, dont il partage la blondeur, insolite dans cette famille de métis Pinagé, et de son petit frère Luís, qui est un ange.
Zézé grandi dans la rue et y apprend presque tout, jusqu'à la lecture.
Contrainte de déménager pour des raisons financières, sa famille s'installe dans un nouveau quartier.
C'est là que Zézé fait la connaissance de Minguinho, un petit pied d’oranges douces, qui devient son confident, interlocuteur privilégié et réconfort.


Je viens de relire ce roman pour enfant beau, poétique et très émouvant.
Il est rare de se souvenir d'un livre d'une manière aussi forte 40 ans plus tard; celui-ci fait à mon sens partie de ces pépites.

Moment de lecture fort, ma madeleine de Proust 2017.
A mettre entre toutes les mains, lire et relire, un mouchoir à proximité de préférence...

Première lecture dans cette belle version orange (eh oui, ma bonne Lucette, ça ne nous rajeunit pas ;-)), deuxième lecture au livre de poche.
Il arrive trop souvent que de bons livres disparaissent, emportés par les vagues successives de nouvelles parutions; mais parfois non, et c'est heureux!
     
                       Résultat de recherche d'images pour "mon bel oranger"                  Résultat de recherche d'images pour "mon bel oranger"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire